Fabrice Farre [Népenthès N°5 / Août 2012]

Posté le 8 août 2012 par bernardlherbier dans Fabrice Farre

Fabrice Farre [Népenthès N°5 / Août 2012] dans Fabrice Farre Fabrice-Farre-225x300

Fabrice Farre est né 1966 à Saint-Etienne.

Il a consacré une thèse à la poésie contemporaine (Lettres et civilisations étrangères), et traduit les poètes tels que Lorca, Montale, etc.

Publications :

«  Visages de poésie »,  Anthologie n°6 de Jacques Basse, Éditions Rafael de Surtis, 2012.

« Les chants sans voix », Éditions Encres Vives, Collection « Encres Blanches », pour juin 2012.

« Ru asséché », Éditions Clapàs, Collection « Franche Lippée » (juin/juillet 2012).

En revues :

Aires † (numéros 10 et 12) Incertain Regard, (n° 0), Ecrits…Vains ?, Francopolis , Les états civils (n°8), Libelle (n°224), Voxpoesi, Incertain Regard (3), SymPoésieum, Le capital des mots, RAL,M (77) Soc et foc (Florilège 2011 et 2012), Terre à Ciel , RAtURes, Les carnets d’Eucharis (32), Pyro (n°26-27), Filigranes (80), Microbe (67 et 70), Comme en poésie (48), Décharge (152), Traction-Brabant (44 et 46), Delirium Tremens (5, Pérou – Lima), Friches (109), « Sur des photographies de Daniel Hess », Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines, Les tas de mots (8). Prochainement, dans : mgversion2>datura (70), Sipay (9, Seychelles), Verso, 7 à dire, Les Cahiers de la rue Ventura (n°18 ou 19)…

____________________

RADIOGRAPHIE

.

J’aime ton sourire s’il ne dure

pas trop, ton air de carton-pâte

lorsque tu deviens réel. La flamme

s’assombrit quand elle connaît

davantage la nuit, dans tes yeux

qui émigrent vers l’autre corps

pour m’ignorer davantage. La

saison d’hiver, je la chante fort

au fond de moi. Là où je ne sens

même plus ma main resserrer le bois

qui me retient dans ces lieux.

____________________

BIENTÔT LA VILLE

.

Bientôt les lignes d’horizon

les traits de béton, les taches de lumières.

Les bureaux transparents sont bondés

de gens sombres et immobiles

proches des fils haute tension sous

un matin bas maintenu par les armatures

fortes. Le désordre des bruits, les

cacophonies formelles des voitures

inertes aux airs de panneaux publicitaires

et dans la poche le poids infime que la main

ne touche pas, la masse contre

la volonté. Mais il est nécessaire

d’aller travailler sans œuvrer à tout prix

au bien-être du matin qui nous avale.

____________________

TOMBÉE DU SOIR

.

Il est souvent question de trouver

le bon ton, de toucher au réel

intact en oubliant le poids

que chaque quotidien vient fausser.

Vivre, vivre comme pour un

voyage, nulle part, le bagage léger afin

de trouver la masse qui s’impose,

indiscutable vérité.

____________________

MANÈGES

.

J’ai aimé les manèges

parce qu’ils ne redonnent

pas l’enfance mais le

sentiment – dans la forêt

de chevaux laqués et des

carrosses arrêtés dans un conte –

que rien n’est perdu dans le mouvement

loin de la terre orgueilleuse.

____________________

FORMES

.

Je le vois à la forme de la ville

ma campagne intérieure

n’a pas gagné. De ma fenêtre

la foule des toits rangés comme

des soldats tourne la tête au ciel

et cache dans ses murs noirs

la faim et le désordre, les scènes

de ménage entendues.

Je le vois à la forme de la ville

ma campagne me quitte, perdue

dans le silence bruyant et les pierres

identiques.  Je vais me coucher, il est

tard sans doute, le dos tourné

à la lumière vive de la chair.

____________________

LA CHAMBRE

.

La chambre sent le pain mouillé.

Les draps doivent être froids, y dormir

rendrait humble. La salle de bains

est un réduit où souffle malade

une ventilation noire.

                                    Le bar sur la place

est ouvert à ceux qui viennent d’échapper

aux vagues de la ville.

J’appellerais bien quelqu’un au téléphone

pour lui dire que je suis fin arrivé.

                                           La nuit tombe.

Les lumières lèvent. Mes voisins sans visage

font les cafards en courant

furtivement dans l’escalier, pendant que

je songe que cette existence vaut son pesant

de ferraille dès lors que je rêve que je sombre.

 .

© Tous textes : Fabrice Farre

 

Un Commentaire le “Fabrice Farre [Népenthès N°5 / Août 2012]”

  1. a.vdv

    C’est beau et ça sent bon…

Répondre

D'autres nouvelles

Addenda

Addenda

* Népenthès revue * CLS Poésie (Coulombe, Larose, Samson) * ...

Alain Larose

Alain Larose [Népenthès N°3 / Décembre 2011]

  Alain Larose vit à Chicoutimi. Son parcours est ponctué ...

Anne Benielli-Vallecalle

Anne Benielli-Vallecalle [Népenthès N°3 / Décembre 2011]

Née dans un petit village de Haute Corse dont elle ...

Annie Van de Vyver

Annie Van de Vyver [Népenthès N°6/Décembre 2012]

AnnieVan de Vyver vit en Auvergne. Elle a enseigné en ...

Aymeric Brun

Aymeric Brun [Népenthès N°6 / Décembre 2012]

{Rembrandt} Né en 1976, Aymeric Brun est enseignant.  Il est l’auteur ...

Catherine Breton

Catherine Breton [Népenthès N°7/Juillet 2013]

  Catherine Breton a fait ses études en théâtre et en ...

Christian Girard

Christian Girard [Népenthès N°2, août 2011]

  Christian Girard est né en 1975. Il travaille en ...

Denis Samson

Denis Samson [Népenthès N°2, août 2011]

  Poète de Québec, où il vit le jour en 1956, ...

Fabrice Farre

Fabrice Farre (n°2) [Népenthès N°6 / Décembre 2012]

 Fabrice Farre est né le 7 novembre 1966, à Saint-Etienne ...

Fabrice Farre [Népenthès N°5 / Août 2012]

Fabrice Farre est né 1966 à Saint-Etienne. Il a consacré une ...

Guillaume Decourt

Guillaume Decourt [Népenthès N°6 / Décembre]

Guillaume Decourt est  né en 1985. Il a passé son ...

Jacques Ceaux

Jacques Ceaux [Népenthès N°7/Juillet 2013]

▪ Né en 1962 à Ussel, Jacques Ceaux vit avec ...

Jean Coulombe

Jean Coulombe (N°2) [Népenthès N°4 / Mai 2012]

CLS Poésie : de gauche à droite : Denis Samson, ...

Jean Coulombe [Népenthès N°1, Mai 2011] :

« Né à Québec en 1953, Jean Coulombe travaille en fusion avec ...

Jean-Marie Louton

Jean-Marie Louton [Népenthès N°2, Août 2011]

Anthologie des poètes contemporains (Ed. Samothrace, 1957) • « Arc-en-ciel ...

Leo Chabrier

Léo Chabrier [Népenthès N°1, Mai 2011]

« Léo Chabrier dépeint un monde insensé avec cynisme, humour ...

Matthieu Baumier

Matthieu Baumier [Népenthès N°3 / Décembre 2011]

         • Parutions de poèmes dans : La Passe, Le ...

Michel Norguin

Michel Norguin (n°2) [Népenthès N°4 / Mai 2012]

CLARTÉS Le poète disait « voici que la lumière a épousé la ...

Michel Norguin [Népenthès N°3, Décembre 2011]

   Après avoir ouvert les yeux en 1949 et vaqué à ...

Patrice Maltaverne

Patrice Maltaverne [Népenthès N°5 / Août 2012]

Né en 1971 à Nevers, Patrice Maltaverne a publié des ...

Patrick Aveline

Patrick Aveline [Népenthès N°5 / Août 2012]

Né à Tanger 1961, Patrick Aveline vit et travaille à ...

Rebelle Cohen

Rebelle Cohen [Népenthès N°3, Décembre 2011]

    Rebelle a beaucoup voyagé, du moins dans son ramblin’ mind… ...

Saïd Nourine

Saïd Nourine [Népenthès N°6 / Décembre 2012]

  Saïd Nourine publie dans diverses revues de poésie, conçoit et ...

Vincent

Vincent (n°2) [Népenthès N°6 / Décembre 2012]

Vincent, né en 1970, vit à Clermont-Ferrand. Il a publié ...

Vincent [Népenthès N°4 / Mai 2012]

Vincent, né en 1970, vit à Clermont Ferrand. Il a ...

Vincent Motard-Avargues

Vincent Motard-Avargues [Népenthès 7/Juillet 2013]

• Vincent Motard-Avargues est né en 1975 à Bordeaux, où il ...

Maudits |
La Main Multiple Editions |
fleurdesiles973 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les aventures de Jerry FORTUNA
| petits poèmes pour des CE
| maximelanger